Animes, Opinari

TOP 5 des raisons pour lesquelles vous ne devriez pas aimer l’animation japonaise.

N’avez-vous jamais entendu dire des animes qu’ils étaient incestueux, pédophiles, pervers ou tout simplement dérangés et destinés à des cas sociaux ? Si on ne va pas forcément jusque dans ces extrémités, les animes sont souvent mis au même niveau que le Japon caricaturé et dingue des compilations humour sur Youtube et des émissions Top 100 Drôle de fin d’année de votre télévision.

« Entre tradition et modernité », un slogan dont vous avez sans doute déjà entendu parlé, ne désigne ainsi pas seulement un Japon respectueux de ses temples et de la nature tout en étant chevauchée par d’immenses métropoles mais aussi un Japon entre le cérémonial des précédentes ères et la folie des temps modernes. Comme si le Japon était aux dernières tendances des innovations technologiques et de la connerie sur terre.

Être un anime en France en 2017 est ainsi très compliqué: source de troll sur internet, résumé aux cosplayeurs à la TV, hentai violent pour les politiques et ignoré par nos salles de Cinéma. Mieux encore, la japanimation est la propriété d’un groupe segmenté de la population : les otaku, ces horreurs vivantes, tous gros, tous moches qui fixent des petites filles en s’astiquant dans le noir.

Et si tous ces malheurs ne dépendait que d’une explication ? L’animation japonaise, parure de toutes les bêtises, ne serait alors qu’une construction mentale et sociale inculquée depuis longtemps par des voies de communication insoupçonnées. Ce que je vous propose de découvrir avec moi aujourd’hui c’est la vérité. Un voyage initiatique de quelques paragraphes vers les obscurs allées du complotisme mondial. Il ne s’agit pas de provoquer le complot pour le complot mais de se prêter à un doute, singulier et puissant. Vous faites erreur depuis le début et c’est la société qui vous y a poussé. L’animation japonaise n’a jamais existé et cette haine que vous emmagasiné dans vos divagations n’est que le fruit d’une expérience extraterrestre en place depuis 93 ans.

Bon ok, arrêterons de fantasmer tout de suite. Le problème c’est que de nos jours, penser beaucoup de bien de l’animation japonaise qu’on en consomme ou qu’on la voit de l’extérieur, c’est compliqué. Entre ceux qui la pervertissent comme le mal absolu et ceux qui la défendent comme la dernière des drogues à la mode, mieux vaut se passionner pour plus agréable… le poney par exemple.

Vient alors le moment ou en entrant dans ma douche, comme des milliards de personnes, j’atteins l’illumination, je sauve le monde par des idées grandioses et je me décide à prendre ma vie en main. Vous savez, cette émotion si particulière qui vous vient quand vous n’avez rien d’autre à faire que d’écouter l’eau atterrir sur votre peau et lire la notice de votre shampooing.

Il arrive cependant que d’autres idées me viennent à l’esprit. A ce moment-là j’étais sorti de ma douche en perdant la moitié de ma motivation (le choc des températures sans doute) et je m’étais dirigé dans ma chambre. Un stylo trainait dangereusement sur le rebord du bureau. Je le saisissais, ainsi qu’une feuille, et je me mis à écrire les lignes que vous êtes maintenant en train de lire.

L’idée était fascinante.

Si l’animation avait si peu d’amis ce n’était pas parce que le monde était ligué contre une poignée d’hommes lucides, ces otakus, ces merveilles brillantes d’intellect. Ce n’était pas non plus car ceux qui regardent de la japanimation sont tombés dans la dépravation. Non, le secret résidait ailleurs. C’est pour vous délivrer de votre pitoyable condition que j’ai cherché la vérité. Aujourd’hui je peux vous le dire, je l’ai trouvée. Cette trouvaille m’aura couté chère, en disent long les cicatrices sur mon bras et l’œil que j’ai perdu au Vietnam. Ne tardons pas sur mes blessures, le monde a besoin de savoir, voici donc la vérité.

Le saviez-vous ? Les chats voient la télévision de manière saccadé, l’illusion du 24 images par seconde ne marche pas pour eux. C’est ainsi qu’ils vivent en parfait décalage avec nos habitudes d’hommes modernes du XXe et XXIe siècle. En réalité, les chats ne sont pas perdus par nos nouvelles activités, ils les comprennent et assimilent davantage les pièges de la télévision humaine. Le film n’a pas été une source de déconnexion entre le monde animal et le monde humain : c’est celui qui a engendré leur fusion. Pire encore. Le saviez-vous également ? L’animation japonaise tourne à moins de 20 images par seconde, voir autour 16..

Et oui. Les chats sont également devenus conscients de ceci et par leurs pouvoirs divins sont capables de prendre le contrôle de ce faible débit d’image pour y insérer des messages subliminaux. N’avez-vous pas remarqué ? Ils sont près de vous. Vous avez peut-être déjà cédé et côtoyez peut-être déjà un chat dans votre quotidien. N’essayez pas non plus de vider votre historique, je sais que vous appréciez cette compilation de 10h de miaulements mignons. Les animes ont ainsi amené le pouvoir des chats au plus proche de leur objectif de domination mondiale.

Exactement, ce n’est pas internet qui amené la passion numérique du chat, c’est l’animation japonaise.

Ça suffit. J’arrête. Je sais bien que je ne suis pas drôle, je suis même totalement sérieux. Je suis sur que les extraterrestres et les chats sont corrélés ensemble. Je ne sais pas comment mais je trouverai. En attendant je suis là en train de vous troller. Si vous êtes en train de lire ces lignes, vous avez possiblement dû subir la lecture de ces précédents paragraphes. Voyez ceci comme un poisson d’avril en retard et l’occasion de dire que ce site est loin d’être mort, que le pire se trame et que vous ne serez pas épargnés.

Oubliez donc toute cette introduction délirante. Le sujet de base est loin d’être stupide et je souhaite le défendre auprès de vous. Il n’y a pas besoin de prendre des pincettes pour parler d’animes. En prend-t-on pour parler de séries us ? De dramas coréens ? De séries françaises ? D’animation us ou fr ? L’animation japonaise a quelque chose de particulier. Il n’y a pas d’onglets séries us sur 9gag, il y a pourtant un onglet anime mais aussi un bouton hentai sur pornhub. Qu’est-ce qui fait donc que ces différences existent ?  On a tendance à parler de l’animation japonaise comme un tout, à lui attribuer des genres particuliers. Qu’est-ce donc qu’une romance d’anime ? Un nekketsu ou encore ces milliards de tropes comme le héros qui contemple la vie depuis sa classe ? Il y a sans doute quelque chose d’intéressant à cerner ici.

Mais aujourd’hui j’ai la flemme, alors revenez vendredi.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *