Nota Bene

Tartine #1 – Elles tomberont toujours sur le mauvais côté

Remarque : Ceci est un repost de mon blog éphémère A Sad Saga. De peur de me disperser je reviens ici et je continuerai cette rubrique avec une deuxième tartine d’ici quelques jours.

J’écris très peu, je passe mon temps à me dire que je devrais m’y mettre avant de lancer Crunchyroll, Wakanim ou VLC. A part ça j’essaye de lire le plus possible ce que font les autres, pour les jalouser, les admirer un peu et m’encourager à nouveau à écrire. Quelques uns y arrivent très bien et ces gens-là, j’ai juste envie de les saluer. Du coup, comme les tweets sont beaucoup trop éphémères, je débute une série d’articles pour parler des articles des autres.

Mimi wo Sumaseba : Si tu tends l’oreille

Par Guillaume Lasvigne (Jehros) sur Journal du Japon

Un de mes films Ghibli préférés si ce n’est pas le premier.  Et comme pour toutes les œuvres que j’adore, voir un regard différent est souvent l’occasion de prendre un peu de recul et d’apprécier autrement. C’est aussi l’occasion d’en apprendre pas mal sur Yoshifumi Kondo, d’accepter les défauts du film sans se laisser emporter par la passion et de faire attention à de nouveaux détails. Ce n’est certes pas le premier film auquel on pense quand on parle de Ghibli mais il en vaut le détour aussi bien pour ceux qui aiment écrire, qui s’interrogent sur le talent, qui aiment les contes et les héroïnes qui se donnent à fond pour leurs objectifs.

Lien : Journal du Japon

Tamako Love Story : Amour de Mochi

par Gaeko sur Hey World ! What Happens ?

Parler de Tamako semble régulièrement se résumer au film, comme si la série n’était qu’une étape préliminaire pour ce dernier. J’aime pourtant autant l’un que l’autre. Je comprends aussi que ce film est la cristallisation de ce que la réalisatrice Naoko Yamada sait faire de mieux et qu’il vaut mieux en parler qu’inversement : ce n’est pas l’une des réalisatrices en vogue pour rien. Du coup, tant qu’à en parler, autant bien en parler avec Gaeko.

Lien : Hey World ! What Happens ?

Interview : Akiyuki Shinbo Part 1

par Josh Dunham avec une traduction de @Frog_Kun sur Wave Motion Cannon (Anglais)

C’est déprimant… Même le grand Shinbo ne peut faire correspondre ses idées et ses créations. A croire que toute création dépasse forcément les attentes. Sinon c’était intéressant e voir à quoi Shinbo s’attache et s’intéresse comme lorsqu’il prend en compte la taille de l’écran mais aussi l’importance qu’il accorde aux couleurs dans la transmission du message. A l’inverse c’est un énième rappel sur l’importance de la contrainte du temps dans la production d’un anime.

Lien : Wave Motion Cannon

Stats en vracs et temps perdu

par Lololeboiteux

Lololeboiteux a beau vouloir être sacrément modeste sur cet article, ça n’en reste pas moins super intéressant. Et puis qui au fond n’apprécie pas un tantinet les graphiques ? Du coup c’est fait avec beaucoup de sérieux, lololeboiteux présente et légende les différents graphiques et a réussi à rendre ça très clair. Bien entendu, tout est à prendre avec des pincettes mais si vous avez besoin d’un peu de recul sur l’animation, n’hésitez pas.

Lien : 1er numéro | 2e numéro

Why It Works : The Living World of Ancient Magus’ Bride

par Nick Creamer (@Bobduh) sur Crunchyroll (US)

J’ai été charmé par le premier sorti des 3 OAV annoncé pour l’adaptation du manga The Ancient Magus Bride. Tout y est fait pour se laisser emporter, pendant une vingtaine de minutes, dans l’histoire de Chise et d’Elias. En réalité c’est surtout un prequel, que Nick Creamer critique dans sa chronique « Why It Works ». Une série d’articles que je conseille tout autant que celle-ci et qui se propose d’expliquer, comme le titre l’indique, pourquoi tel aspect d’une série nous charme ou participe à apprécier l’ensemble d’une œuvre.

Lien : Crunchyroll | La chronique « Why it Works« 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *