Nota Bene

Tartine #2 – Le quotidien épique des aventuriers du matin

Comme annoncé lors de la première tartine, voici une nouvelle série d’articles inintéressants qui ont attiré mon attention ces derniers temps sans forcément être les plus récents. Encore une fois, pas d’objectivité, juste un petit coup de lanterne sans prétention. Au programme 3 interviews, parce que c’est cool les interviews.

Paroles de Trad’ : Black Studio, la traduction en tous genres !

par Paul Ozouf sur Journal du Japon

Comme vous l’apprendra l’interview, Black Studio est une structure à part et unique. Il n’empêche qu’on peut apprendre beaucoup d’eux en tant qu’ils sont spécialisés dans une activité très souvent comprise au sein même d’une maison d’édition ; une activité que l’on peut pratiquer à l’inverse comme freelance. La traduction peut paraitre peu passionnant et pour moi c’est davantage une source de migraines qu’autre chose. Malheureusement être confronté au quotidien à l’anglais mais aussi au japonais impose de voir le fossé entre les langues et la charge des traducteurs à passer d’une première à une autre. Du coup j’en profite pour vous passer cet article de Le Temps intitulé Et voilà pourquoi l’allemand met le verbe à la fin qui appuie davantage sur ces frontières entre langues.

Lien : Journal du Japon

Euphonium Fanbook Interview – Author Ayano Takeda

par Ultimatemegax sur Sakuga Blog

Les interviews d’auteurs me fascinent toujours, en particulier quand ces derniers abordent la question de ce qui les a mis sur la voie de l’écriture. Arriverais-je un jour à m’y mettre aussi sérieusement ? L’autre question qui se posait était aussi de savoir si son auteur, Ayano Takeda méritait des éloges ou si le génie de KyoAni avait transcendé l’œuvre d’origine ? A part ça, l’interview consacre une bonne partie à la place de la musique dans la vie de l’auteur et dans son œuvre. Petit plus, elle donne une réponse partielle sur la manière dont elle a géré le nombre important de personnages dans la fanfare du lycée Kita Uji.

Lien : Sakuga Blog (Sakugabooru)

Why It Works: Sculpting Worlds with Studio Pablo

par Nick Creamer (@Bobduh) sur Crunchyroll (US)

On reste sur les articles anglais avec un nouvel épisode de Why It Works. Nick Creamer s’intéresse ici aux décors, plus particulièrement ceux du studio Pablo. Depuis peu, je collectionne les décors de mes séries favorites pour en faire de magnifiques fond d’écrans pour me distraire au lieu de bosser.  J’ai été surpris du coup de découvrir que nombreux de mes décors préférés viennent du studio Pablo (mais pas que hein, coucou KyoAni). Je vous laisse découvrir les séries sur lesquelles le studio a travaillé mais aussi l’importance qu’accorde l’auteur de l’article à ces décors.

Les décors sont plus que des paysages, particulièrement dans un médium comme les animes. Dans l’animation, chaque élément vu à l’écran est spécialement illustré et choisi pour exister ici. Rien n’existe sans raison et simplement reléguer les décors au « lieu ou se déroule l’action » nie une grande part du pouvoir de narration de ce médium.

(Backgrounds are far more than just scenery, particularly in a medium like anime. In animation, every single element you see on the screen is specifically designed and chosen to exist there. Nothing exists without purpose, and simply relegating backgrounds to “the place where the action happens” denies a great deal of the medium’s storytelling power.)

Lien : Crunchyroll (US)

Métamorphose – Introversion et phobie sociale dans les séries de l’été 2016

par Gen’ sur genstream

On retourne en France et même un peu plus tôt dans l’année 2016 alors que Genstream traite joyeusement de l’introversion et la phobie sociale dans 3 séries de l’été 2016. Loin d’être problème rare, c’est quelque chose d’assez courant qui bénéficie même d’un traitement assez abondant dans les animes. Il faut croire qu’on aime les héros à problème. L’originalité ici, c’est le fait que 3 séries du même genre s’y prêtent la même saison, l’occasion pour Gen’ de les confronter et d’en faire le récit. Que vous soyez familier ou non avec le problème, la lecture peut intéresser.

Lien : Genstream.fr

Interview de Jérémie Périn pour Lastman

par Nolife sur Catsuka

La série phénomène du mois de novembre. Si vous êtes sur twitter, il y a de fortes chances pour que vous ayez entendu parlé de Lastman. Production française unique en son genre avec ses défauts mais aussi et surtout des qualités qui en font une série plus que recommandable. Que vous l’ayez vu ou non, considérez l’interview de Jérémie Périn comme une façon d’entrer ou d’approfondir l’univers de Lastman. Bon, on sent que le réal est plus doué pour ce qu’il fait que pour les interviews mais le tout en vaut la peine. Merci à Nolife et n’hésitez pas à vous balader sur Catsuka si vous ne le faites pas déjà.

Lien : Catsuka

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *